La biodynamie

L’histoire de la biodynamie que Pierre Masson a su nous inspirer dès la fin des années 90 a tout d’abord tout dû faire son bonhomme de chemin dans nos esprits avant d’imprégner, petit à petit, l’ensemble des sols de notre vignoble quelque 14 années plus tard (près de 15 ans d’efforts pour atteindre le saint Graal de la certification Demeter).

Le plus dur n’a pas été, contrairement à ce que nous le pensions, de libérer nos terres des traces d’intrants chimiques trop largement utilisés durant des années. le plus compliqué n’a pas été de prendre la décision d’appréhender les techniques révolutionnaires de la biodynamie et de l’utilisation de préparâts. Non, le travail le plus difficile a été de changer nos repères, de dépolluer nos esprits. Tout a été à reconsidérer : la façon de travailler, la manière de lutter contre les maladies, l’organisation du vignoble, la révision des techniques de vinifications et enfin, le fait d’accepter un surcoût de production inévitable avec, au bout du compte, l’assurance de rendements plutôt modérés.

Quelques techniques
et pratiques

Les préparâts

Bouse de corne (500p), silice (501), et autres tisanes (prêle, bardane, reine-des-prés, orties…) sont régulièrement utilisées dans notre vignoble en guise de traitement après dynamisation.
En accompagnant de “petit-lait” ces préparâts, nos années d’expériences nous permettent d’affirmer que nous luttons efficacement contre les maladies, que nos vignes sont résistantes et que nos récoltes sont de qualité plus régulière.

Les sols

Nous gardons un couvert herbacé en permanence, pratiquons un épandage de fumier pratiqué à l’automne puis, quelques griffages et roulages sont pratiqués tout au long de l’année pour préserver un indispensable équilibre de vie dans le sol (les herbes en se décomposant apportent les éléments nutritifs nécessaires à la vie de la terre).
Pas de labour, mais nous n’échappons pas au piochage manuel autour des ceps. Notre terre sent tout simplement bon. Nous y trouvons une grande diversité d’insectes et les vers de terre qui y prolifèrent sont un signe évident du bon équilibre de nos sols.

Le calendrier lunaire

Tous nos travaux se font en fonction du calendrier lunaire ! Tout geste du vigneron est amplifié un bon jour !
Bien sûr, tout ce respectueux travail se poursuit avec une même attention dans les caves.

La sélection des plants

Depuis 25 ans maintenant, nous nous attachons à sélectionner nos propres plants et à retrouver les anciens cépages Francs-Comtois d’avant le phylloxera. Le travail de fond de sélections massales que nous pratiquons depuis toutes ces années nous permet d’affirmer fièrement être les gardiens d’une réserve unique de vieux cépages qui concourront peut-être un jour à faire de notre nursery, un conservatoire d’étude de la vigne.

Photo Jerome Genée – cueillette prêle.